Menu Fermer

Plagiat : contrecoups et solutions

copier-coller

Plagiat : contrecoups et solutions

Produire un contenu original nécessite parfois de longues heures de travail.
Pour alléger cette tâche, certains filous ont trouvé une méthode plus simple ; ils plagient.

Comme à l’école, les « copieurs » subtilisent les informations du voisin dans l’espoir de changer la donne.
Mais ont-ils pris le temps de comprendre ce qu’ils ont dérobé ? Compatissent-ils avec les efforts de l’auteur ?

Bien entendu, ce phénomène s’étend sur tous les domaines d’activité. Néanmoins, la duplication de texte est le sujet principal.

Du plagiat aux conséquences qu’il engendre, découvrez les sombres coulisses d’un fléau très répandu sur la toile. Enfin, nous vous partagerons des techniques qui mettront fin à ces abus.

Ordinateur et cadena

 

Qu’est-ce que le plagiat ?

Utiliser une œuvre qui n’est pas la sienne sans mentionner le nom de son auteur n’est pas lui rendre hommage, c’est du vol ! Telle est la signification du plagiat.
En d’autres termes, il désigne un copier-coller jouxté d’affabulations fantaisistes.
Cette action est très mal vue par le monde moral, mais également et sans surprise, interdite judiciairement parlant.

Par ailleurs, les transformations, les adaptations ainsi que les traductions sont elles aussi considérées comme du plagiat.

Voleur du Web

 

Les différents types de plagiat

 

Le plagiat novice

Il s’agit là d’un plagiat ne profitant pas à une activité lucrative.
La plagiaire va reprendre le texte d’un autre simplement pour alimenter son réseau (sa notoriété). D’où le terme « plagiat novice ».

Les sanctions ?

Très peu de condamnations ont été relevées jusqu’à ce jour. 
Dans un contexte de libre-échange d’informations, de nombreux internautes estiment que ce plagiat ne constitue pas un délit sérieux. Partager des écrits sans citer l’auteur est devenu une banalité sur certains réseaux sociaux.
Une conduite difficilement respectable, généralisée et rarement punie par la loi.

 

Le plagiat professionnel

Il génère un profit direct au plagiaire, il est donc bien plus grave !

Les professionnels pouvant être impliqués : les écrivains, les rédacteurs Web, les blogueurs… etc.

Les sanctions pénales ?

La loi française qui protège les droits d’auteur s’appuyant sur l’article L 335-3 du Code de la propriété intellectuelle mentionne ce qui suit :

« Reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d’une œuvre de l’esprit est une violation des droits de l’auteur. »

Le concerné encourt une peine allant jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende pour délit de contrefaçon. Également, des dommages et intérêts peuvent être requis.
Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Les sanctions sur Google ?

Google ne condamnera pas le plagiaire de façon pénale. Le géant du Web peut en revanche incriminer le site visé. Il indexera la page affectée en mettant le site dans les derniers résultats du moteur de recherche.
Les robots de Google détectent les contenus identiques étant donné qu’il les inspecte à la loupe sur chaque site.
Tenté de miroiter cet algorithme est caduque, Google à déjà appréhender les combines des petits malins du net.

 

Le plagiat étudiant

Ce dernier démontre par son acte qu’il n’a pas envie d’apprendre. À son désavantage, il cherche à griller les étapes.
Cet étudiant va dupliquer certains passages voire la totalité d’un article pour son exposé, son devoir, sa dissertation…

Les sanctions ?

S’il n’est question que de quelques passages plagiés, certaines écoles réclament une probation disciplinaire, d’autres, la suspension provisoire.
Supposons que le pourcentage de contenu plagié soit trop élevé, l’université pourra alors exclure définitivement le plagiaire, puis (s’il en possède) faire annuler ses diplômes.

Solution

 

En cas de plagiat, que faire ?

 

Parlez cordialement au plagiaire

Dans une telle circonstance, la précipitation ne fera qu’aggraver la situation.
Pesez attentivement vos mots. Partez avec l’intention d’arranger les choses et non de vous venger à tout prix.
Qui sait ? Peut-être s’agit-il d’une duplication (involontaire).

Contactez l’intéressé sur le support le plus approprié.
Par exemple, s’il vous a plagié sur Twitter, essayez de prendre contact avec lui sur la messagerie du réseau social.
Concernant un site Internet, passer par son formulaire de contact.
Nous vous recommandons vivement de vérifier les mentions légales du site, car elles doivent présenter ses coordonnées.

Si vous ne trouvez toujours pas son identité, cherchez-la dans le Whols.

En dernier recours, procurez-vous le nom de son hébergeur et contactez-le. Exposez clairement le motif de votre requête.
Démontrez que le site en question se trouve dans l’illégalité en abritant du contenu plagié. 

Cette dernière technique n’a pas fonctionné ? Il existe une approche plus radicale qui consiste à se faire justice soi-même à l’aide du NSEO.
Le NSEO désigne le référencement négatif. Il vise à nuire à la réputation du plagiaire.
Nota bene : ces représailles peuvent se retourner contre vous. En effet, cette initiative n’a rien d’illégal. Toujours est-il qu’en l’appliquant, vous quittez ipso facto le champ couvert par la loi.

Pas de problème

 

Comment éviter d’être plagié ?

 

1) Utiliser une balise canonique sur vos contenus

L’URL canonique est en quelque sorte le code d’authenticité de vos liens Web.
Ce code (invisible pour vos visiteurs) indique à Google que l’URL de votre article est la version originale.
Le plug-in de référencement type Yaost SEO le génère automatiquement.

 

2) Conservez une preuve de vos droits d’auteur

Google et Yaost sont parfaitement informés de la date de mise en ligne de votre article. Néanmoins, il serait préférable de conserver en plus de cela votre propre preuve.
En cas de poursuite judiciaire, vous pourrez alors affirmer confortablement que vous êtes l’auteur de l’œuvre.

 

3) Servez-vous d’un logiciel antiplagiat

Une multitude de logiciels antiplagiat sont disponibles sur la toile, cependant, ils ne sont pas tous efficaces.
Généralement, les outils gratuits en ligne ne détectent pas grand-chose.

Pour un résultat satisfaisant et précis, nous vous suggérons un logiciel professionnel payant à l’instar de :

– Quetext
– Scribbr
Plagscan
– Compilatio
Easybib

La solution

Quoi qu’il en soit, continuez d’avancer de façon véridique ; ne vous laissez pas démotiver par les plagiaires.
Votre authenticité est bien au-dessus de leur falsification.

Vous souhaitez vous procurer des textes 100 % uniques ?
N’hésitez pas à faire appel aux services de YesText.

COMMANDER UN TEXTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *